Réflexions

Se protéger du côté obscur du Net en 2017

Depuis quelques jours, je repense à mon utilisation d’Internet à ses débuts (oui, en 56k). Le web était pour moi une magnifique et énorme bibliothèque dont je soutirais le meilleur pour me faire plaisir. Aller sur Internet avait pour signification de se divertir, comme aller au cinéma. Vous souvenez-vous de cette époque ? Pour ma part : découvrir des artistes, dans tous les domaines : bande dessinée, musique, écriture, peinture, etc. J’avais à l’époque un beau gestionnaire de flux RSS, blindé, et que j’ouvrais avec plaisir le soir après le travail. La mise à jour était lente, certes, mais je ne lançais même pas de navigateur Internet, tous les flux se mettaient à jour, les uns après les autres : « Wahou, Boulet a publié deux notes ! C’est Noël ! ».

Bilan : zéro parasite, que du bonheur. C’était mon moment de détente à moi. Pour rappel aux plus jeunes, l’iPhone n’existait pas et on n’avait pas de connexion Internet au travail (et si on en avait une, comme son utilisation était limitée dans le temps, on l’utilisait pour travailler, si si, je vous jure).

Aujourd’hui, plus connectée que jamais, je me rends compte que ça fait un sacré bout de temps que mon expérience du net n’a pas été globalement positive.

Les années ont passé, les réseaux sociaux ont fait leur apparition comme autant de nouvelles chaînes sur la télévision. Les médias ont envahi le web et voir la tête de Fillon dès mon réveil me fatigue sérieusement, en plus de me donner la nausée. « Mais personne ne t’y oblige ! » me diriez-vous, avec raison. En réalité, je me suis laissée envahir petit à petit, comme un mal qui nous ronge tranquillement, jour après jour. Tiens, je vais m’abonner à tel média, et puis deux jours après, à tel autre, oh et puis il est intéressant cet article, je vais m’abonner à leur page. Voilà comment au bout de plusieurs années, mon compte Facebook est relié à plus de 700 « mentions j’aime » (pour voir les vôtres allez sur votre profil > bouton Plus > Mentions j’aime).

Mon fil d’actualités ressemble à une chaîne d’infos en continu et je m’inflige cette vue, matin, midi et soir. Je m’empoisonne l’esprit.

Ma prise de conscience est liée au rhinocéros massacré dans un zoo français, dont un paquet de médias a relayé l’information, malheureusement à juste titre. Des journaux français mais aussi américains. Moi qui pensais naïvement que les animaux – au moins ceux-là – vivant dans des parcs étaient protégés et bien non : encore une victoire de la bêtise humaine. Je n’exclue pas du tout le côté choquant de la situation, notamment pour les équipes du zoo. Ça me brise le cœur. Il est temps de dire « stop ».

Pour rétablir et retrouver le plaisir d’Internet de mes débuts, je viens de faire un énorme tri dans mes mentions « J’aime » (de 700 à 130) : j’ai viré tous les médias, émissions, causes et divers combats auxquels j’ai participé et qui me montrent, il est vrai, le monde tel qu’il est mais dont il faut se protéger. Si vous ressentez ce sentiment, cette lassitude, faites du tri, tranchez dans le vif sans regret. En 2017, que ce soit Facebook, Twitter, la télé, les gens toxiques : il est indispensable de faire une sélection drastique, partout, pour se protéger et avoir l’esprit en paix. Mon but est donc de transformer mes fils d’actualités en flux RSS d’autrefois, 100% plaisir. Allez-y, faites-vous du bien, du bon, du beau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s