Réflexions

Encerclé par les faussaires

« On est toujours le con de quelqu’un ». Mais sommes-nous tous le faussaire de quelqu’un ? Mon bonheur personnel se réalise-il au détriment de celui d’un autre ? Et celui d’un autre se réalise-t-il à mon désavantage ? J’ai longtemps cru que le but dans la vie était « de réussir ». Le sens de cette réussite est aujourd’hui complètement faussé. Après des années de travail acharné (et dévastateur), je veux vivre un bonheur quotidien, quelques minutes par-ci par-là,  fait de petits riens : travailler assez pour vivre bien afin de voir l’argent comme une énergie maîtrisée et non comme un poison qui torpille le quotidien ; profiter ; avoir un esprit et un corps reposés et sereins… Plus simple à écrire sur un clavier, qu’à réaliser. Pourquoi chaque épreuve du quotidien, souvent vécue à cause de l’incompétence de telle ou telle personne, est-elle si dure à vivre alors qu’elle m’effleurait à peine autrefois ? Pourquoi je serre les dents et pourquoi mon ventre se tord ?

L’être humain est doué d’une indéniable intelligence mais admettons enfin que la moitié d’entre nous s’en sert à mauvais escient : soif de pouvoir, soif d’argent, volonté de prouver au monde entier que l’on est le meilleur (alors que l’on s’en fout), ego démesuré, dents longues, flatterie… Mais comment l’autre moitié doit-elle faire pour vivre avec ces individus ? Chercher à comprendre, laisser tomber, accepter. Le positif attire le positif, mais mis à part le temps, qui peut me soigner des manipulateurs, des arrivistes, des sans foi ni loi et de tous les morceaux de mon cœur et de ma tête qu’ils ont brisé, sans relâche,  comme des lâches ?

Même si le monde est de moins en moins violent, c’est indéniable : est-ce le capitalisme, l’argent, la souffrance ou la télévision qui poussent certains de nos semblables à se comporter ainsi ? J’ai longtemps rejeté le fameux « Tous pourris » mais je tolère et comprends de plus en plus le « L’Homme est capable du pire comme du meilleur ». J’envie ces jeunes gens qui n’ont pas encore ouvert les yeux sur notre monde. Je les regarde et j’aspire à retrouver – même pour un moment – cette innocence, cette tête vide de toute négativité. Certains me diront que je suis trop sensible, c’est vrai, même hypersensible, je l’admets, ce n’est pas une tare, c’est au contraire une qualité. Dois-je devenir égoïste pour survivre dans ce monde, dois-je éteindre la télévision, la radio et internet pour me protéger ? Pardonnez-moi, j’ai conscience qu’il y a bien trop de questions dans cet article, mais si vous avez trouvé une solution pour accepter et comprendre notre monde, partagez-la, je vous en saurais gré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s